Le brassage dans l’aquarium récifal et marin

 

Le brassage est l’un des points les plus importants de l’aquariophilie marine ou récifale moderne , et ce n’est encore une fois, que la simple reproduction de ce qui se passe en mer sur les récifs ! Ne négligez pas ce poste, à la longue, vous ne ferez pas d’économie, une bonne pompe coûte environ 250 euros (Vortech ou Tunze)avec un régulateur en attendant les copies chinoises !(boyu par exemple !) Ce que tout aquariophile marin recherche en trois points :

La Turbelle Classic.

La Turbelle Classic, une des premières pompes de Tunze, jusqu’a 3700 L/H ! Elles ne sont pratiquement plus utilisés.

Les Turbelle powerhead ont longtemps été la référence pour le brassage des bacs récifaux avant l’apparition des modèles « stream ».

Boyu

Les petites chinoises « boyu »…109 euros…prix imbattable.

Ecotech

Ecotech, le haut de gamme du brassage, 425€ la mp40(12000 L/h) avec un contrôleur, quand on aime…

Le but est d’imiter les mouvements de la houle et pourquoi pas, les marées. On trouve maintenant des simulateurs très efficaces. Un des buts du brassage est de se rapprocher du ressac, mouvement naturel de la mer qui donne à nos aquariums un air plus « naturel ».  Pour se rendre compte de la puissance du ressac (ou de la houle, ou des  vagues) il suffit de plonger cinq minutes au sein d’un récif pour le constater, le brassage est d’une puissance phénoménale la plupart du temps, notamment sur le haut du récif, d’ou l’importance des pompes de brassage…

Un système à vague existe et il fait référence depuis longtemps, mais il est difficilement intégrable pour nos bacs.(pour l’instant). C’est un système que l’on retrouve souvent dans les aquariums publics.(système du Dr. Adey complété par un filtre à gazon d’algues) Seul est disponible dans le commerce un système similaire chez TUNZE un simulateur de houle, très efficace, la « wavebox ». (voir un peu plus bas)

Les "Turbelle".

Les « Turbelle » utilisées dans les années 80…

On conseille souvent de brasser 5 à 10 fois le volume d’eau par heure, ce qui est sous-estimé. Il vaut mieux sur-brasser que sous-brasser en faisant attention aux coraux les plus fragiles. Il est évident que vous ne devez placer aucun corail à proximité des sorties de pompes ! Cette norme n’est pas à prendre à la lettre, l’observation reste encore une fois la meilleure des techniques, il est effectivement inutile de brasser violemment si ce brassage n’est pas cohérent.  Il est aussi très important de faire attention aux flux cisaillants avec les pompes à petite sortie.

De plus, un bon brassage favorise l’entraînement de tous les muscles et des nageoires de nos poissons, ainsi que le tractus digestif.(ce qui leur permet d’évacuer les graisses que nous leur donnons dans l’alimentation parfois trop riche en lipides) Et puis un peu d’exercice, cela n’a jamais fait de mal à personne ! Encore une fois nous cherchons uniquement à reproduire la nature, et dans les zones récifales qui nous intéressent,le platier, le brassage est souvent violent et incessant avec une légère accalmie nocturne.

Un nombre important de bêtises ont été dites sur les micro-bulles dans l’eau de nos aquariums, que ces idiots aillent plonger sous la surface des récifs, il y a effectivement des milliards de micro-bulles (grâce à l’effet des vagues) sans que cela ne gêne nullement la respiration des poissons, le seul reproche peut être d’ordre visuel. (il faut reconnaître qu’un bac noyé dans les bulles n’est pas très agréable à regarder !) Il faut donc chercher à éviter ce phénomène en aquarium pour une question d’ordre visuel. Mais le bulles ne sont pas néfastes pour les coraux ou les invertébrés.

N’ hésitez pas à brasser 20 fois le volume de votre cuve par heure. Cela peut sembler trop, mais il faut tenir compte des roches vivantes qui prennent au minimum 1/3 de l’eau (en volume). Pensez à brasser toutes les couches de l’aquarium, en surface, au milieu du bac et dans le fond pour éviter une sédimentation trop importante, pour ma part mon bac actuel de 250 litres est brassé à hauteur de 8000 L/H sans jamais gêner les coraux ou les poissons.

Pompe Iwaki externe.

Pompe Iwaki externe.

Ci-dessous Un de mes bacs contenant un couple de clown, une anémone et deux coraux mous, volume 450 litres brut, remarquez le brassage (intense et constant, pas de simulateur de houle ou de stream à l’époque !)) en surface…et 240 Watts de tubes fluos  :

Une nano-stream.

Une nano-stream, parfaite pour les petits bacs. Diamètre de 7 cm.

Les pompes sont maintenant puissantes, petites,  insonores, et consomment très peu d’énergie. A noter que Tunze (nano stream) et Hydor (nano Koralia) ont une gamme de pompes (et d’autres accessoires) pour les petits bacs, les « nanos » étant à la mode en ce moment.

Koralia

4,5 Watts pour 900 litres/heure. Petit prix, qualité assez bonne.

Tunze.

Tunze, modèle 6015, 3.5w pour 1800 L/h, idéal en nano.

Newave 6700 L/h pour 12 Watts.

Newave 6700 L/h pour 12 Watts.

Resun.

Resun avec la wm 15000 (réglable de 2000 à 15 000 L/h) Attention à la qualité de ce type de pompe…

Attention

Quelque soit les marques, les débits annoncés sont souvent donnés à titre indicatif, difficilement vérifiable sans débitmètre, et n'engage que ceux qui y croient! Le débit étant devenu un argument purement commercial.

Mieux vaut les placer en surface la plupart du temps, afin de créer des turbulences, ce qui favorise l’oxygénation, et aussi proche du fond de l’aquarium afin d’éviter des zones stagnantes. Une pompe placée dans le fond du bac (là vous pouvez mettre une petite pompe de circulation)empêchera les sédiments de stagner, le but étant d’envoyer ces sédiments vers la filtration. (ou la surverse) Une bonne pompe de brassage doit suffire à bouger toute l’eau du bac.

Tunze

Cliquez pour visiter le site de la firme.

 

Voici un petit calcul relativement simple pour contrôler l’efficacité d’une pompe : calcul provenant de la firme « Tunze », il vous faut le débit maximal de votre pompe, sa hauteur d’eau maximal et sa consommation électrique.

Exemple pour une petite « maxi jet » (modèle 1000 l/h) :1000*1m50/14w=107 selon l’échelle, 107 est un coefficient moyen :

Ce calcul est a considéré en toute relativité, l’essentiel est encore une fois le résultat obtenu. Tout dépend de la taille du bac, du décor, etc,etc.

Les mouvements de surface provoqués par le rejet accentuent l’effet naturel de l’éclairage, en recréant la pénétration des rayons lumineux du soleil dans l’eau.  Cela a sûrement un effet bénéfique sur les animaux étant donné que l’on se rapproche de l’effet naturel.  Un bon brassage favorise aussi l’effet de scintillement dans l’aquarium, ce qui lui donne un aspect naturel plus agréable à l’œil.

Les pompes peuvent être branchées sur des horodateurs afin de simuler la tombée de la nuit sur le récif.(car l’activité hydrodynamique est beaucoup moins importante la nuit) Ont peut aussi les relier à une cellule photoélectrique (Tunze)pour un effet encore plus naturel. Elles peuvent aussi être  reliées  à des simulateurs de vagues, à arrêter la nuit si possible. Il existe des centrales de gestion qui peuvent gérer plusieurs pompes. Une petite lampe de type « LED » bleu est idéal avec un très faible brassage la nuit pour tenter de reproduire l’effet « lunaire » sur le récif.

L’entreprise « Tunze » (encore eux !) a dans sa gamme un simulateur de houle, la « wavebox », l’effet est saisissant, le prix aussi…L’avenir du brassage en récifal tend sûrement vers cette tendance, vu les effets bénéfiques sur tous les animaux (poissons, coraux) de ce type de brassage. Cette « boite » utilise le principe de résonance en déplacent la masse d’eau de l’aquarium avec une pompe de type « stream » assez puissante. Fonctionne mieux dans un bac rectangulaire…

C’est la solution idéale, mais comptez environ 400 euros pour un modèle pour bac de 400 à 1000 litres. Les utilisateurs de ce système sont satisfait de leur investissement. Attention si vous avez un bac avec une surverse car l’amplitude de la hauteur d’eau peut varier de 1 à 3 centimètres dans le bac, voir plus. Il faut de préférence renforcer les renfort latéraux sur les grands bacs de plus de  800 litres. En cliquant ici, vous trouverez une vidéo d’une simulation de houle dans un des bacs de La rochelle

Les pompes de type « stream » sont devenues la norme en brassage récifal et dans tous les bacs marins, elles évitent notamment les flux cisaillants néfastes aux coraux.

Les pompes modernes dites « hélicoïdale » sont la plupart du temps équipées d’une hélice avec 2 ou 3 pales afin de générer un flux plus large, ce qui exerce une « pression » sur la masse d’eau. Pour le maintien des pompes dans l’aquarium, mieux vaut éviter les ventouses qui se dégradent avec le temps et préférer les systèmes à aimants, les systèmes à tiges favorisent les vibrations et les bruits indésirables.

La ‘Koralia 4′ équivaut à un brassage de 4600 l/h et ne consomme que 11 watts, prix : 79 euros. Elles sont un tout petit peu plus bruyante que les ‘tunze’ (en étant vraiment tatillon) mais beaucoup moins cher,livré avec une ventouse magnétique. La marque a sorti un générateur de vague (en fait une mini-centrale sur laquelle on peut relier 4 pompes Koralia) le « Koralia wavemaker » compatible aussi avec la gamme nano koralia.

Koralia
Modèle numéro 4.

Ici le modèle numéro 4 (environ 450 euro quand même !)

 
 

Le Red Sea.

Le Red Sea pour gérer 4 pompes.

Le système "natural wave".

Le système « natural wave » d’aquarium systems, générateur de vagues pour les maxi-jets.

Le "multicontroller" de Tunze.

Le « multicontroller » de Tunze avec une cellule « photo » pour simuler les cycles lunaire.

Le single controller.

Et ici le « petit’ single controller 7091 pour gérer 1 stream par exemple…

Attention

Je n'insisterai jamais assez, le brassage est pour moi un des points les plus important en aquariophilie marine et récifale...

Copyright © 1998-2012 Recifal.fr - Tous droits de reproduction interdits