Les Coraux durs

Les coraux sont classés comme tel (simplifié) :

  • Les Alcyonidés (Octocoralliaires) regroupent les genres : Sinularia, Sarcophyton, Lobophyton, Dendronephthya.
  • Les Xénidés (Octocoralliaires) regroupent les genres : Xénia, Anthellia.
  • Les Stolonifères (Octocoralliaires) regroupent les genres : Clavularia, Pachyclavularia, Tubipora.
  • Les Zoanthaires (Hexacoralliaires) regroupent les genres : Zoanthus, Parazoanthus, Palythoa.
  • Les Scléractiniaires (Madréporaires) regroupent Les Corallimorphaires (sous classe des Zoantharia) regroupent les genres : Discosoma, Actinodiscus, Ricordea.

Pour l’identification des coraux durs, je vous conseille les livres de D.Knop et de Veron, pour les coraux mous celui de P. wilkens est excellent.

La langue anglaise ayant gagné dans le monde récifal, on désigne les coraux durs en LPS et SPS, LPS pour coraux durs à gros polypes et SPS pour coraux durs à petits polypes.

On trouve dans le commerce spécialisé des colles pour coraux comme la JBL Haru(colle noire) à base de polymère résistante aux UV, à l’eau de mer et au vieillissement. Idéal pour vos boutures ou fixer un corail sur de la roche vivante. Vous pouvez aussi utiliser des colles cyanoacrylate. Aller voir la page aquaculture pour plus d’infos.

 Les Coraux Durs
Les coraux durs

LOBOPHYLLIA / TRACHYPHYLLIA / FAVIA / MONTASTREA / PLATYGYRA/ COLPOPHYLLIA/ OULOPHYLLIA/ ERYTHRASTREA/ GONIASTREA/ DIPLORIA/ LEPTORIA/ SYMPHYLLIA/ ISOPHYLLIA

Ces coraux font parties de la famille des “coraux cerveau” de type méandroïde. Ils ont besoin d’un éclairage puissant de type hqi ou Led pour leur maintenance ainsi que d’un brassage modéré. Ce sont des coraux à croissance lente mais qui tiennent relativement bien en aquarium à conditions de leur fournir des conditions de maintenance idéales en terme d’éclairage et de brassage.

'Pavona'.
Ici, plutôt un ‘Pavona’…même si il est de type méandroïde.

Le type ‘favia’ ou les ‘favites’ peuvent former des colonies entières, ils sont assez agressif la nuit à cause du déploiement de leurs polypes afin de capturer le microplancton. Ils se nourrissent de plancton lyophilisé ou liquide (MarineSnow, Koralfluid ou autre) ainsi que d’artémias, ils ont besoin d’un taux de calcium élevé en permanence, l’idéal est de mettre un réacteur à calcium et/ou à calcaire ou méthode Balling. Leur reproduction peut se faire par fragmentation si possible sans blessures du squelette.

Il existe un lobophyllia magnifique : le lobophyllia hemprichii (vert et rouge) Ces coraux acceptent parfois des petits morceaux de moules ou de crustacés. Le brassage doit être modéré, pas de flux direct et l’éclairage moyen. Ils tiennent bien sous les leds, il est préférable de poser le corail sur le substrat du bac. Espèce australienne, le pachysepta (jaune/orange et vert)

Ci-dessus un trachyphyllia, celui ci, je l ‘ai gardé deux ans en aquarium, un déménagement lui a été fatal…Mais ce type de corail reste en général assez facile à tenir dans de bonnes conditions, l’éclairage du bac reste un facteur clé dans la réussite de leur maintenance ainsi que leur alimentation.

Platygyra

Les espèces de genre Platygyra (famille des Flaviidae) peuvent être posés au sol, ils peuvent pousser en dessous de 200 Par. (on le trouve entre 5 et 30 mètres) Brassage moyen et alimentation régulière.

Gros plan sur un Goniastrea, même maintenance que les Platygyra.

EUPHYLLIA / PLEROGYRA

Plerogyra sinuosa

Magnifique corail dans lequel certains poissons clowns aiment y vivre, y compris dans la nature. Ce comportement en aquarium risque tout de même d’ indisposer les polypes qui peuvent ne plus s’épanouir. Petite astuce : les Euphyllia adorent un KH élevé !

Euphyllia paraancora

Il faut correctement les nourrir afin de les conserver dans de bonnes conditions et longtemps. Attention au brassage qui doit être assez modéré pour ne pas endommagé les polypes, de préférence avec une wavebox, ils adorent ! Un éclairage puissant est recommandé, ils tiennent bien sous Led de bonne qualités.

Ici un Euphyllia ancora , une des stars de nos bacs.

EUPHYLLIA ANCORA (vert ou brun) et EUPHYLLIA CRISTATA sont assez souvent importés, on les trouvent donc facilement, idem pour les PLEROGYRA SINUOSA et les PLEROGYRA SIMPLEX. Ce sont des coraux qui ne sont pas recommandés aux débutants.

La reproduction est possible par fragmentation si le corail est parfaitement sain. Cependant, il reste assez fragile en milieu captif, surtout si la collecte à était mal faite. Ces coraux tiennent bien sous HQI et sous LED et avec un brassage moyen. Le nom commun des plerogyra est “coraux bulles”‘ ou encore “corail vésiculeux”.

Il faut bien penser à les nourrir régulièrement, (à l’aide d’une grande pipette) il n’est pas rare de voir un plerogyra engloutir une moule entière ! Ce corail est tout de même déconseillé aux débutants.

FUNGIA / HELIOFUNGIA

Ces coraux se posent dans le fond du bac, la plupart du temps sur la couche de sable et de manière bien horizontale, tel qu’on les trouve dans la nature d’ailleurs, ils faut leur éviter des voisins proches car ils sont agressifs et nuisibles envers les autres coraux.

Les Fungia sont gonochorique et peuvent changer de sexe au cours de leur vie, impossible de différencier le male de la femelle…

Ils nécessitent un éclairage très puissant. Il arrive que ce corail se déplace de quelques centimètres si il n’est pas à son aise, il se gonfle régulièrement et peut devenir imposant. Il s’alimente relativement bien et accepte tout type de nourriture marine.

L’ HELIOFUNGIA ressemble un peu à une anémone lorsque ses tentacules sont bien déployées. (il en existe des verts, blancs ou roses) L’ heliofungia est beaucoup plus fragile que le fungia, vous pouvez les nourrir avec des petits morceaux de moules, ils adorent ! Mais ils sont déconseillés aux débutants car leur durée de vie en milieu captif est faible, préférez le fungia.

Il faut un éclairage puissant de type hqi ou Led et un brassage moyen pour ne pas gêner les tentacules. Contrôlez votre taux de nitrates (ils détestent) et votre taux de calcium. Maintenez un bon taux de magnésium et de strontium, mais comme toujours, attention au surdosage qui peut être fatal pour les coraux.

Il se peut que vous assistiez à une reproduction de fungia avec un lâcher de sperme à la tombée de la nuit…fascinant…Ils peuvent aussi se reproduire à partir d’une dégénérescence du pied mère ou encore par scissiparité.

CATALAPHYLLIA

Magnifique…

Ce corail ressemble parfois à une anémone, c’est un corail très agressif et demande un brassage modéré, l’éclairage doit être de type hqi ou Led mais on peut le maintenir dans les zones plus sombres du bac. Ce corail se pose sur la couche de sable avec un espace autour de lui assez important. Son acclimatation à long terme pose des problèmes. Cependant, certains sont très résistants. L’espèce la plus fréquente est le catalaphyllia jardinei.

Un autre corail est à l’annexe 2 de la CITES, c’est le Tubipora Musica :

Le squelette en détail.

Normalement on ne le trouve plus à la vente (sauf très rares exceptions selon les quotas) Bien que le squelette soit en calcaire dur, il est classé dans les coraux mous…On l’appelle aussi le corail “orgue de mer”

CAULASTREA

Le caulastrea est un superbe corail qui nécessite un éclairage puissant de type hqi ou Led et un bon brassage, sans flux direct, il est assez sensible aux nitrates. Si il se plait dans votre bac, il sera résistant. Ce n’est pas un corail très agressif sauf lorsqu’il déploie ses petits tentacules transparents la plupart du temps la nuit, afin de capturer le microplancton. Ils adorent les compléments nutritifs. Il faut lui laisser un peu de place, vous pouvez le mettre près du sol ou au milieu du bac ou encore en hauteur mais pas directement sous le faisceau lumineux.

Idéal comme premier corail, vous pouvez les coincer ou les coller à la pâte époxy dans les interstices de la roche vivante. L’ espèce que l’ on trouve le plus souvent est le caulastrea furcata, on trouve parfois aussi le caulastrea echinulata, et le caulastrea curvata (magnifique couleur verte)

FurcataFurcata

EchinulataEchinulata

CurvataCurvata

NEMENZOPHYLLIA

Ce corail dur est magnifique, assez rare dans le commerce et assez difficile à tenir à long terme, il demande un éclairage puissant. Par contre il est peu agressif. Avec ses grands polypes, il ressemble à un corallimorphaire, il demande un brassage très doux et un emplacement vers le fond du bac ou dans un coin un peu plus sombre, mais il ne tient pas sous tubes fluos.

GONIOPORA

Goniopora

Magnifique corail mais très difficile à tenir en aquarium sur le long terme. (sauf très rares exceptions) Il a besoin d’un bon brassage (de type houle) et un éclairage intensif de type hqi ou Led. Cette espèce n’est pas absolument pas recommandé aux débutants. D ‘après de nombreuses recherches, l’eau doit être surchargée en nutriments, il est donc assez difficile de recréer cet environnement dans nos bacs, sauf dans un bac dédié.

Petite astuce, pensez aux apports de manganèse !

Attention aux poissons clowns qui ont tendance à gêner les polypes du corail si il n’y a pas d’anémone dans le bac.

La ‘mode’ est au bicolor !

J’en ai tenu un environ quatre ans dans un bac sans écumeur, mais il aurait pu tenir que quatre mois. Je pense que son acclimatation dans le temps tient à la présence de microplancton, phytoplancton et macroplancton en forte quantité dans l’eau.

Gros plan sur les polypes. On ne sait pas encore pourquoi mais certains spécimens peuvent tenir très longtemps en aquarium puis dépérir tout à coup rapidement…

Le brassage doit être modéré et à flux large, l’emplacement du corail se fera de préférence au sol. Certains aquariums publics les ‘tiennent’ bien mais les bacs sont alimentées en permanence en eau de mer naturelle, donc l’eau est chargée en nutriment et en plancton…

CYNARINA

Super LPS, cette espèce n’a qu’un polype unique, on pose ce corail en général au fond du bac ou bien à mi-hauteur, il nécessite un bon éclairage (100 Par) et un brassage modéré, tubes supra actinique fortement recommandé ou rampe Led. Il vit la plupart du temps sous 30 mètres en solitaire…Il faut l’éloigner des autres coraux, il se gonfle d’eau et reste sensible aux contacts.

On trouve le plus souvent le cynarina lacrimalis de couleur marron, rouge, rose ou vert…Vous pouvez lui fournir de temps en temps des petits morceaux de moules ou de poissons, du zooplancton. C’est un corail résistant une fois bien acclimaté, mais il n’est pas souvent disponible dans le commerce aquariophile. Évitez absolument de le mettre dans le flux d’une pompe.

TURBINARIA

Très beau corail parfait pour les bacs de sps, hqi ou Led indispensable, ce corail doit être sain au moment de l’achat et n’avoir absolument aucune nécrose car en général il est assez mal collecté ou mal bouturé. Inspectez le sous tous les angles lors de l’achat.

Turbinaria Mesenterina

Dans le bac éloignez le des autres coraux. Les polypes sortent la nuit pour la chasse. Ils font partis de la famille des Dendrophyllidés qui comportent 25 genres différents, le genre Turbinaria fait parti de la famille des coraux bâtisseurs de récifs. Ils aiment un brassage de moyen à fort.

Le turbinaria peltata peut être nourri la journée contrairement aux autres genres, lorsque les polypes sont bien épanouis. Il faut un brassage puissant dans le bac pour le maintenir correctement. Un réacteur à calcium et/ou à calcaire est recommandé.

Toutes les espèces de turbinaria se nourrissent de lumière et de nutriments dissous. Il faut maintenir un taux de calcium constant et élevé.

Il en existe des variétés de couleur jaune (reniformis) qui sont vraiment magnifiques. Ce corail peut se placer dans toutes les parties du bac mais de préférence en hauteur. Ne convient pas aux débutants (notamment le genre heronensis) et ne convient pas en nano du fait de leur croissance.

Reniformis.

Reniformis.

Un stellulata violet, rare !

TUBASTREA

Tubastrea

Ce corail se place sous un fond rocheux ou à l’ombre de préférence, il nécessite néanmoins un bon brassage. Il faut le nourrir le soir lorsque les polypes sont bien ouverts, il accepte tout type de nourriture planctonique (korall fluid, coral food de Salifert, AF Zoa FOOD, MarineSnow ou autres…)

On trouve parfois une espèce très proche, le dendrophyllia sp. Ce corail demandant un entretien quasi quotidien, je le déconseille fortement aux débutants car il est très exigeant y compris sur la qualité de l’eau.

ACROPORA / MONTIPORA / SERIATOPORA/ POCILLOPORA

La star des années 2000 ! (et sûrement pour encore longtemps), même en ce qui concerne l’aquariophilie récifale, on a des périodes de “mode” pour certains coraux !

Depuis quelques années, c’est donc l’acropora qui a la faveur des aquariophiles marins, on trouve maintenant dans le commerce des tas de boutures, d’ailleurs vendues relativement chers…Nous sommes dans la famille des coraux constructeurs de récifs.

Inutile de préciser que les HQI ou des Leds sont obligatoires…!

Il faut se rendre à l’évidence, la famille des acropora font parties des plus majestueux coraux. L’idéal avec ce type de coraux c’est qu’ils se bouturent assez bien (d’où leur immense succès !). A mettre obligatoirement sous ‘hqi’ ou Led, ils nécessitent un brasage très puissant et surtout un réacteur à calcium et/ou à calcaire sera un plus indéniable pour leur croissance.

Seringue de nourrissage, pratique.

Les acroporas qui “tiennent” le mieux sont les espèces que l on trouve en eau profonde, “deep water acropora”.

Les couleurs sont : bleu, rouge, rose, violet, vert, brun, orange, jaune. Cependant ils sont encore très chers à l’achat, en 2022 comptez environ 60 euros pour une belle bouture de 6/7cm, l’idéal est de se procurer des boutures d’élevage, et de faire des échanges entre récifalistes, ce qui devient heureusement de plus en plus courant. Il ne faut pas que cela vous empêche de vous procurer de belles souches chez vos revendeurs, il faut quand même entretenir le marché de l’aquario ! (Bon c’est un autre sujet, comme dans tout il faut une répartition saine)

Bouture d’acropora

Pour le bouturage, il suffit de couper une branche avec une pince prévue à cet effet, et de la recoller sur un support, la coupe doit être franche. Utilisez de préférence de la patte prévue à cet effet, ou de la super glue. Tous les instruments doivent être stérilisés et il est préférable de porter une paire de gant de type vétérinaire, les ‘acroporas’ craignent (en milieu fermé) tout type d’attaques bactériennes. Contrôlez régulièrement le taux de calcium et votre KH dans votre bac lorsque vous possédez ces coraux.

Acropower pour nourrir vos acros

L’eau de chaux participe à leur croissance. N’hésitez donc pas à investir dans un réacteur à calcium et/ou un réacteur à calcaire. Si ce n’est pas le cas il vous faudra rajouter continuellement et manuellement un apport de calcium et de contrôler sérieusement le taux global dans le bac.

Pour l’identification des acroporas, reportez vous aux superbes livres de ‘veron’, ou de Knop. Si vous avez un bac exclusivement réservé aux acros, évitez la couche de sable et limiter les pierres vivantes qui peuvent devenir des nids à nitrates.

Espèces proches: le Montipora digitata, c’est un corail très résistant, il peut tenir sous tubes fluos T5 à conditions de mettre la gomme ! C’est un corail qui pousse relativement vite dans de bonnes conditions…La méthode Berlinoise convient bien aux Montipora. Ils s’accommodent des bonnes rampes Led.

seriatopora Hystrix
Le fameux seriatopora Hystrix, superbe.
Un montipora "plateau"
Un montipora “plateau” en aquarium, superbe.(aequituberculata)

Ces coraux sont sensibles au taux de Kh (entre 7.5 et 8.5)

Pocillopora.
Pocillopora.

PORITES

Ce corail fantastique fait partie de la famille des coraux constructeurs.(scléractiniaires) Ils ont de tout petits polypes et sont la plupart du temps associés avec des petits vers ressemblant à de petits sapins de noël ! (spirobranchus Sp.)Malheureusement, c’est un corail assez difficile à tenir dans le temps car il est facilement envahi par les algues, c’est une des raisons pour laquelle il faut mettre ce corail sous un brassage puissant et un éclairage de type HQI ou Led.

Ce corail est totalement incompatible avec les chelmons qui dévoreront systématiquement les petits vers, y compris aussi avec la plupart des poissons papillons, par contre ce corail n’est pas agressif envers les autres coraux et sa croissance est très lente.

La particularité de ces coraux c’est qu’ils sont gonochorique (Dont les sexes sont complètement séparés dans des individus distincts.) et que les pontes ont lieu en journée.

Parfois, vous trouverez aussi ce corail avec une petite espèce de bernard (du genre Paguritta) vivant en symbiose, ils occupent les tubes d’habitation laissés vides par les vers tubicoles. Ils se nourrissent avec leurs antennes plumeuses en attrapant le micro plancton.

Pectinia paeonia

Pectinia

Corail superbe, demande un éclairage modéré (vers 100 Par) et un brassage de type moyen à fort mais sans flux direct. On peut le mettre dans le fond du bac, mais pas à l’ombre. Il est à l’annexe 2 de la CITES donc exporté en très petite quantité.

Ici un vert magnifique.

Il en existe de couleurs différentes, du brun au vert ou jaune ou orange. On l’appelle aussi le corail laitue, région indopacifique. Alimentation à base d’artémias et de zooplancton.

Il est assez agressif et nécessite un peu de place autour de lui.